×
bg
Pssst! LA LIVRAISON,
C'EST CADEAU*

Profitez-en tout de suite
grâce au code déjà indiqué
dans votre panier ! ----

J'en profite* Offre valable sur votre 1ère commande,
livraison en Point Relais(r), hors articles volumineux.

Bienvenue
sur l'espace conseils

De la première écho ou cap du pot en passant par le choix du siège auto… On a répondu à tout dès qu’il s’agit de vos enfants et vous !

Bébé prématuré : soins particuliers et accompagnement psychologique

Bébé est déjà là ! Et même si le personnel autour de vous se montre rassurant et confiant, même si votre bout de chou a plutôt l’air en bonne forme, vous le trouvez tellement petit, tellement fragile… Lorsqu’elle survient avec un peu d’avance, l’arrivée d’un enfant fait naître chez les jeunes parents des interrogations et des inquiétudes tout à fait naturelles.

Dès le séjour à la maternité, un petit prématuré fait donc l’objet de soins spécifiques pour que les premiers jours de sa vie se passent le mieux possible. Bébé prématuré va de pair avec fragilité, tout du moins dans les premiers moments de sa vie. Une précision importante : il est question dans cet article des prématurés nés entre la 34ème et la 37ème semaine de grossesse. Ce sont les prématurés généralement les plus développés et donc, les moins fragilisés par l’accouchement avant terme.

Bébé prématuré et maternité : une surveillance accrue, des soins particuliers.


Être parents de prématuré n’est pas chose facile. Passage en couveuse, allaitement difficile, examens multiples, séjour prolongé... À la maternité, les soins particuliers, même légers, que reçoit le petit prématuré sont parfois difficiles à supporter. Au lieu de se sentir rassurés par cette surveillance accrue, les jeunes parents sont plutôt désorientés, face à ce tout petit bébé et à son apparente fragilité. Sa morphologie menue, sa peau fine, parfois un peu « fripée », ses cheveux clairsemés… Les particularités physiques d’un prématuré peuvent accentuer ce sentiment d’inquiétude. Cela ne dure bien évidemment pas. Même si la prématurité se vit souvent difficilement, petit à petit, bébé prend du poids, son visage se détend, il reprend des forces… Il grandit tout simplement !

Si un accouchement avant terme a des conséquences visibles, d’autres séquelles dépendent du stade de développement de ses fonctions vitales à la naissance. Chez un nourrisson prématuré, l'appareil respiratoire ou digestif, ou encore le foie sont en effet plus ou moins immatures. Des troubles ou des carences liés à cette prématurité peuvent donc apparaître au fil du temps : difficultés respiratoires, fragilité gastrique, anémie, manque de fer ou défaut de vitamines… Les soins, les examens et le suivi effectués à la maternité, et qui doivent parfois se prolonger au retour à la maison, sont là pour y remédier et détecter les éventuels problèmes. Ceux-ci sont très rares pour les prématurés, nés après la 33ème semaine de grossesse. Dans prématurité, il faut bien distinguer les « Bébés prématurés » des « grands bébés prématurés » !

Le petit prématuré présente aussi une plus grande sensibilité aux variations de température. Ce qui l’amène parfois à être placé à la naissance en couveuse. Cet incubateur (à 34°/35° C) permet de maintenir son corps à la bonne température et de garantir une humidification adaptée. Pour préserver le lien entre la maman et son bébé dans l’incubateur, il est tout à fait possible d’y déposer un objet personnel rassurant et d’installer la couveuse directement dans la chambre.

Enfin, un bébé prématuré a besoin, encore plus qu’un autre, de calme, de sommeil et de sérénité. On dit souvent qu’il doit terminer tranquillement la période de gestation hors du ventre de sa maman. Il faut donc respecter au maximum son rythme et le protéger de l’effervescence tout à fait naturelle qui entoure une naissance.

Accompagner les bébés prématurés : La méthode “KANGOUROU”


Aujourd’hui, la prématurité fait l’objet de nombreuses avancées. Venue de Colombie, où les moyens étaient insuffisants pour prendre en charge médicalement les nombreux prématurés, la méthode dite “Kangourou” est maintenant utilisée dans des unités spéciales au cœur des maternités. Simple et naturel, ce contact “peau à peau” avec la mère ou le père, réchauffe le bébé. Le rythme du cœur de ses parents l’aide également à faire battre le sien à l’unisson, et ainsi à réguler sa respiration.

Les effets bénéfiques sont à la fois d’ordre physique et émotionnel : prolonger l’intimité de la grossesse, rapprocher la mère et l’enfant, rassurer parents et enfant, faire reprendre confiance... Le contact « peau à peau » est parfois associé à la technique du portage qui consiste à balader bébé tout contre soi.

En 1987, Nathalie Charpak, pédiatre française installée à Bogota, s’intéresse de près aux « Mères Kangourou » et dirige une étude qui contribue à démontrer les bienfaits de cette méthode sur les enfants. Depuis, de plus en plus de pédiatres et d’obstétriciens à travers le monde sont convaincus de l’intérêt de cette méthode, principalement destinée aux grands prématurés, mais qui peut s’appliquer à tous les nourrissons.

Le rôle du papa dans l’arrivée d’un bébé prématuré


Un bébé prématuré a bien évidemment besoin de soins mais aussi de toute la tendresse et de tout l’amour de sa maman... et de son papa ! Mais il n’y a pas que bébé qui est fragilisé par un accouchement avant terme. Pour la mère, c’est aussi un cap difficile à passer. Plusieurs sentiments se mêlent ; l’inquiétude, bien sûr, mais aussi la tristesse, la frustration de ne pas avoir pu vivre pleinement et sereinement la grossesse et l’accouchement, la culpabilité... Les pères ont alors un rôle prépondérant à jouer : écoute, compréhension, dédramatisation, participation active aux soins... Cette expérience peut même se révéler enrichissante, permettre à chacun de trouver sa place et au noyau familial de se consolider. Car n’oublions pas, avec l’arrivée du premier bébé, c’est aussi une famille qui voit le jour.

Bien suivi médicalement et entouré de l’affection de ses proches, un bébé prématuré connaît généralement une croissance et un développement tout à fait normaux, et il rattrape en 2 ou 3 ans ses éventuels « retards ». Sans lui donner une importance démesurée, sans surprotéger votre enfant, sans considérer la prématurité comme un traumatisme : cette expérience, comme tout autre événement de la vie, fait partie de l’histoire de la famille.

La première rencontre des frères et sœurs


À la naissance d’un bébé, les frères et sœurs peuvent éprouver des sentiments contradictoires : « être contents et pas contents », « avoir envie et pas envie », « être aimables et jaloux ». Mais quand le petit frère ou la petite sœur prématuré(e) est hospitalisé(e) depuis sa naissance, ils ont d’autant plus de difficultés à exprimer ces émotions ambivalentes. Ne l’ayant encore jamais vu, ils ont du mal à se représenter son existence. Après tout, bébé n’est plus dans le ventre de maman, ni de retour à la maison, ce qui peut être source d’angoisses pour eux.

Face à cette épreuve difficile de la vie familiale, les parents bouleversés par la prématurité et l’hyper investissement qui se crée autour de bébé, ont parfois du mal à percevoir la détresse de leurs aînés et à trouver les mots pour leur expliquer la situation. C’est alors toute la famille qui a besoin d’un accompagnement et d’un soutien spécifiques au sein des services de néonatalogie pour que tout se passe dans les meilleures conditions possibles.

Sur place, les professionnels (médecins, puéricultrices, infirmières, auxiliaires de puériculture, psychologues…) peuvent aider les aînés à se situer dans cette nouvelle configuration familiale et à devenir acteurs de cette rencontre avec leur petit frère ou leur petite sœur. Le médecin peut notamment répondre à leurs questions médicales. La puéricultrice peut leur expliquer les soins qu’elle porte au bébé et leur présenter les différentes machines. À l’écoute, la psychologue peut les amener à exprimer leurs ressentis, inquiétudes… Les absences répétées et réactions parfois incompréhensibles des parents démunis prennent alors tout leur sens. L’accueil de la fratrie permet d’aider ces derniers à se recentrer sur les aînés, tout en partageant des moments de complicité autour de bébé qui se place au centre de toutes les attentions. Cette rencontre favorise ainsi son inscription dans la famille, indispensable à son bon développement.

Découvrez notre Collection de vêtements bébé prématurés entièrement dédiée aux bébés nés avant l’heure sur vertbaudet.fr